À propos

« Association sans but lucratif , créée en 1985, à l’initiative de techniciens et architectes « , nous dit la plaquette… 25 ans donc qu’ACROTERRE vit, survit, se bat, se lamente, s’enthousiasme, somnole ou s’agite; 30 ans en tout cas de vie pour ACROTERRE, 30 ans d’expérience(s). C’est finalement pas si mal d’y repenser dans un époque ou bon nombre « d’acteurs du développement » autour de nous se « restructurent », disparaissent (faute de moyens, engloutis dans des « affaires », ou tout simplement démotivés…) , ou s’éloignent sans complexes de leurs convictions de départ.

Bien que je ne sois pas à proprement parlé un des « membres fondateurs », je suis présent depuis sa création, et peux (peut-être) penser avoir quelque recul suffisant pour retracer notre parcours.

Si la vie associative a toujours été quelque chose de complexe, je crois que le milieu des années 90 a bien failli la rendre impossible, tant la notion de bénévolat a perdu toute valeur, tant l’argent facile, l’esprit d’entreprise individualiste et la démission des convictions politiques a prévalut. Pourtant, je crois aujourd’hui sincèrement que ce mauvais cap est derrière nous et que l’action « citoyenne », simple mais organisée et rigoureuse, peu reprendre de ses couleurs. Preuve en est peut-être que nous sommes encore présents après ses nombreuses années !

Envoyons-nous quelques fleurs, même si d’innombrables problèmes subsistent :

· Nous avions pensé « Maisons Racontées » à mon sens bien avant l’heure, il suffit d’entendre aujourd’hui les décideurs se gargariser de « l’éducation au développement », il suffit d’entendre aujourd’hui l’Éducation Nationale promouvoir le bénéfice des « intervenants extérieurs » pour des projets éducatifs.

· Nous obtenons -avec peine, oui, mais nous sommes dans le chapitre des fleurs- des financements conséquents compte tenu de la taille de l’association,

· Nous avons sans conteste acquis un niveau de confiance auprès de bon nombre de ministères, ambassades ou bailleurs …

Franchement, tout ceci n’est pas rien !… Mais suffisait-il de durer pour l’obtenir ?

Je crois que nous avons en fin de compte su (ou pu ?) « tenir » principalement parce que nous ne nous sommes pas éloignés de notre philosophie d’origine, parce que nous avons maintenus, tout en essayant de les adapter au mieux, nos modes d’interventions et nos objectifs primordiaux. Je sais pourtant que ses choix ne sont pas les plus faciles et qu’ils ont été bien souvent au détriment du développement, du fonctionnement et de l’ouverture d’Acroterre, et aussi à mettre à l’actif de quelques membres bien seuls.

Alors, est-ce l’enthousiasme d’un jour, ou une vision bien trop éloignée des problèmes de terrain ?

Franchement non, je suis convaincu que c’est comme ça qu’il faut voir Acroterre, même si nous avons sans cesse à débattre du principal, c’est à dire des éternels soucis de fonctionnement et de son financement, de la réponse à faire au dernier mail , de la future mission, de la prochaine tournée chez les bailleurs européens , du chéquier , de la clef du local, de l’ordinateur , du renouveau de « Maison racontée », des assurances, de la dernière convention , du prochain bulletin Info, du site Internet, etc…

 

Le 26/11/2015

Bernard MOTTUEL – Président